Bonne année 2016 / Happy new year 2016 !

Csokipuncs Speedway vous souhaite une bonne année 2016.

tacj5

Publicités

Bundesliga White Tiger vs Wolfslake Berlin 26.07.2015

La terre promise

Après avoir passé un agréable moment en famille dans la ferme auberge Hof Gimbach, j’ai repris la route, direction le Ramada, hôtel situé à l’entrée de Diedenbergen. N’ayant pas trouvé de place sur le parking, je gare mon véhicule de manière très cavalière. Souhaitant prévenir le réceptionniste, je gamberge quelques secondes pour retrouver un terme en anglais. Un grand barbu venant d’arriver et attendant afin de récupérer sa clef vient à mon secours en donnant l’expression recherchée. Je me tourne vers lui en lui indiquant « Thanks Nicolas ». Démasqué, le barbu me sourit. Il s’agit du pilote danois Nicolai Klindt. C’est l’un des deux danois venus renforcer la nouvelle équipe des White Tigers. L’autre douceur danoise n’est autre que l’ancien pilote de Grand Prix Bjarne Pedersen, double médaillé d’or en World Cup. Pour donner le change, les Wolfslake de Berlin on appelé le polonais Norbert Kościuch et l’un des plus prometteur et bouillonnant junior danois : Anders Thomsen, champion du monde en 80cc (2010 à Vojens), double médaillé d’argent (worldcup U21 2014 et Championnat d’Europe par équipe 2014).

DSC_4218DSC_0275DSC_0278

DSC_4594Avec le dossard numéro trois, Max Dilger, l’un des cadres des White Tigers avait aussi un gros morceaux en face : l’allemand Christian Hefenbrock qui a terminé sur la troisième marche des championnats du monde U21 en 2006… Les dossards 4, 5 et 6 sont attribués à Valentin Grobauer, Daniel Spiller et Michell Hofman pour les White Tigers et Mathias Bartz, Ronny Weis ainsi que Steven Mauer pour Berlin.

DSC_4312DSC_4623DSC_4349DSC_4632Quelques minutes avant 13 heures, l’ensemble des mécaniciens démarrent,sous un soleil de plomb, les machines des pilotes. Les essais pour les Tigres blancs et pour l’équipe berlinoise vont commencer. La chauffe d’une quinzaine de machines de speedway me suggère le départ d’un escadron de bombardier d’Avro Lancaster. Le bruit sourd des moteurs dopés au méthanol monte dans les airs. Le Polonais Kosciuch fait déjà parler la poudre…Il vient attaquer les courbes très rapidement. Lors de ses manches, j’ai vu le polonais partir en wheeling plus d’une fois en sortie de courbe.

DSC_4992

DSC_4689

DSC_4235DSC_4238J’observe les quelques minutes de Pedersen et Klindt. Les deux gaillards observent la piste, repèrent les zones de grip. Les jeunes pilotes allemands tels que Michell, Daniel ou Valentin attaquent déjà très fort durant ces entrainements.

DSC_4497 DSC_4489 DSC_4472 DSC_4376 DSC_4397 DSC_4400 DSC_4465 DSC_4459 DSC_4454

DSC_4332DSC_4446Prime à la jeunesse

Comme prévu le combat entre les gros bras (dossards 1, 2 et 3) a eu lieu. Les pilotes étrangers des deux équipes ont récolté 44 points sur les 84 points. Se rendant coup pour coup lors des différentes manches. La grande surprise vînt des jeunes allemands des Whites Tigers. Michell Hofmann (2,1,2,3,1) et Daniel Spiller (3,3,3,2,X) ont dominé outrageusement leurs homologues berlinois. Au final, une superbe et tres agreable victoire des White Tigers à domicile (51 à 33).

DSC_5108     DSC_4583    DSC_4707 DSC_4718 DSC_4721 DSC_4750 DSC_4761 DSC_4768 DSC_4771 DSC_4800 DSC_4807 DSC_4815 DSC_4863 DSC_4865 DSC_4881 DSC_4929 DSC_4958 DSC_4975 DSC_4997 DSC_5057 DSC_5082 DSC_5090 DSC_5204 DSC_5205 DSC_5232 DSC_5254 DSC_5256 DSC_5259 DSC_5280 DSC_5316 DSC_5372 DSC_5397 DSC_0096 DSC_0129 DSC_0192 DSC_0206   DSC_0285

C’est à la fin du bal que l’on paye l’orchestre…

Coupes dorées distribuées, esgourdes des spectateurs ensablées, wurst et bier en digestion nous oublions souvent les longues heures que doivent passer les bénévoles à nettoyer la piste, plier les gaules, remballer les clarinettes. Je tiens à remercier Carola, Stefan, Andreas, Sonke, René et l’ensemble des personnes qui on fournis un énorme travail afin de proposer aux spectateurs de ces deux journées, un spectacle agréable. Chapeau !

DSC_0303 DSC_0306

Speedway Team Cup Diedenbergen 25.07.2015

La quatrième manche de la Team Cup s’est déroulée dans le Land de la Hesse, à Diedenbergen. Situé à quelques kilomètres de l’imposante et puissante Bankfurt alias Frankfurt. Malgré cette proximité avec Frankfurt, le  club de Diedenbergen a connu ces trois dernières années des moments difficiles. Ce club au passé étincelant (très nombreux titres de champion d’Allemagne, accueil d’événements comme la worldcup) n’est plus présent dans l’élite du speedway Allemand. En outre, en 2013, en raison d’une piste jugée insuffisamment préparée, Diedenbergen s’est vu retirer l’organisation d’événements importants. Pourtant, 2015 a vue le retour du MSC Diedenbergen au sein de la speedway bundesliga (élite allemande de speedway) grâce à un heureux et intéressant rapprochement avec le club de Berghaupten et avec l’aide de la DMV afin de créer une nouvelle équipe nommée White Tigers.

DSC_3011DSC_3031DSC_3015DSC_3660DSC_3665DSC_3679La veille du combat des White Tigers vs Wolfslake Berlin, le club de Diedenbergen a accueilli les clubs d’Olching, Güstrow et de Wittstock afin de disputer l’une des manches de la STC (speedway Team Cup). A quelques minutes de la première manche, le ciel est ivre de colère : de fortes rafales de vent ont poussé d’inquiétants nuages au dessus de la piste de Diedenbergen.

DSC_3255Rocking Rockets

DSC_3636Composé de Dachs, Hofmann, Spiller, Jacopetti (250cc) et Fienhage, les Rockets se hissent à une surprenante seconde place derrière une intouchable équipe de Wittstock.

DSC_2959 DSC_2970Damned dam !

Les spectateurs de cette course de STC ont pu admirer la fougue de Michael Hartel. Lors d’une de ses manches, Micchi s’est vu infliger une pénalité d’un décamètre pour avoir bougé ou touché l’élastique blanc de la ligne de départ. Relégué dix mètres derrière les autres concurrents, un pilote est habituellement condamné à récolter un « sfenj » tant cette distance est pénalisante lors d’un départ en speedway. Les plus hardis arrivent à rattraper le troisième voir le deuxième les jours de Carême… Peut être piqué dans son orgueil, dès le claquement de l’élastique, Micchi dans une irrésistible ire, a dévoré tel un ogre le décamètre le séparant de ses concurrents. Enflammant la piste, l’impétueux pilote a pris la tête de ce cortège de trompe-la-mort en un petit tour… Fruit de son orgueil, Michael lèvera en fin de manche son bras droit en passant devant la tour de contrôle abritant les juges…

DSC_3788QSDSC_3693

DSC_2994 DSC_2998    DSC_3898DSC_3038  DSC_3233DSC_3146DSC_3341 DSC_3197DSC_3689DSC_3060 DSC_3606 DSC_3624 DSC_3632 DSC_3248

DSC_3052 DSC_3068 DSC_3748 DSC_3819DSC_3943DSC_3964 DSC_3952 DSC_3946 DSC_4008 DSC_4060 DSC_4061 DSC_4007 DSC_4112 DSC_4101 DSC_3965 DSC_4074

DSC_3197 DSC_3227 DSC_3943 DSC_3847 DSC_3922 DSC_3842 DSC_3927 DSC_3591 DSC_3918 DSC_3088 DSC_3269 DSC_3911 DSC_3828 DSC_3832   DSC_3063  DSC_3443  DSC_3371 DSC_3675 DSC_3306 DSC_3377 DSC_3590 DSC_3358 DSC_3664 DSC_3115  DSC_3079 DSC_3165   DSC_3341